La Citadelle Vauban à Longwy : la porte de France - ©Mireille GRUMBERG via Communes.com

Le système défensif de Vauban

Le marquis Sébastien Le Prestre de Vauban a passé plus de 50 ans de sa vie au service du roi de France Louis XIV. Fin stratège et architecte militaire de génie, il a imaginé et conçu un remarquable et quasi inviolable système défensif du royaume. Bon nombre de ses réalisations sont encore visibles aujourd’hui et douze d’entre elles sont reprises sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Quelle que soit votre prochaine destination de vacances en France, vous pourrez visiter quelque lieu, citadelle ou place-forte, témoin des compétences de Vauban.

Un peu d’histoire

Le contexte historique

Lorsque Louis XIV succède à son père sur le trône de France en 1643, il n’est âgé que de 5 ans et c’est sa mère, Anne d’Autriche, qui devient régente du royaume. A cette époque, le cardinal Mazarin exerce la fonction de principal ministre d’État et donc conseiller du roi de France depuis décembre 1642, suite au décès du cardinal de Richelieu.
Anne d’Autriche et Mazarin s’accordent pour diriger le pays. Le cardinal obtient également le titre de « surintendant au gouvernement et à la conduite de la personne du Roi de France et de son frère, Philippe d’Orléans », en 1646.

Les finances de l’État sont au plus mal, conséquence des frais engendrés par la « Guerre de Trente Ans », un conflit qui a opposé les grandes puissances européennes pour des raisons religieuses et politiques, entre 1618 et 1648.
Malgré un gain important de territoires, notamment le Roussillon, la Franche-Comté, l’Alsace et l’Artois, la France est ruinée. Mazarin lève des taxes mal perçues par un peuple qui vit déjà des heures difficiles. La modification des conditions liées à la transmission des charges des officiers à la personne de leur choix en payant la « paulette » et la suspension des revenus des officiers parlementaires déclenchent la « Fronde parlementaire ».
La noblesse et les officiers de robe (exerçant la justice) s’opposent au pouvoir de plus en plus étendu de Mazarin. Celui-ci doit capituler et accorde de nouveaux privilèges aux parlementaires tandis que l’État se proclame en faillite.

Profitant d’une victoire de la France sur l’Espagne, Mazarin fait arrêter plusieurs meneurs de la Fronde provoquant la colère des Parisiens qui montent aux barricades et menacent le Palais Royal. La Cour royale se réfugie au château de Saint-Germain-en-Laye et Mazarin désigne le prince Louis II de Bourbon-Condé (surnommé Grand Condé) pour mener le siège de Paris. La rébellion gagne les villes de province.
C’est alors que le prince qui considère Mazarin comme un usurpateur en raison de sa nationalité italienne et qui n’obtient pas les bénéfices qu’il espérait en lui apportant son aide change de camp et devient à son tour un chef de la Fronde.

En 1650, Mazarin fait arrêter les princes de Bourbon et leur beau-frère. Il s’attire ainsi les foudres des provinces et est à l’origine de la « Fronde des Princes ». Le pays est en proie à une guerre civile qui évolue au même rythme que les complots et les changements de camp des différents protagonistes.
Lorsque Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII et oncle de Louis XIV, se retourne à son tour contre la régente et son Premier ministre, les deux frondes unissent leurs forces.
Mazarin prend la fuite et libère les princes tout en poursuivant un échange épistolaire avec Anne d’Autriche. C’est sur son conseil qu’elle autorise la tenue d’états généraux en 1651.
Cependant, les frondeurs ne parviennent pas à s’entendre notamment en raison de l’ambition grandissante du Grand Condé. Celui-ci n’hésite pas à entamer des négociations avec l’Espagne et l’Angleterre avant de marcher sur Paris.

Entre-temps, le jeune Louis XIV a atteint la majorité le 7 septembre 1651. Il rallie à sa cause Henri de La Tour d’Auvergne, mieux connu sous le nom de Turenne, qui avait pourtant soutenu les Frondeurs.
Turenne prend le commandement de l’armée royale et parvient à vaincre les troupes de Condé qui étaient entrées dans la capitale avec l’aide de la fille de Gaston d’Orléans, Anne-Marie-Louise dite « la Grande Mademoiselle ». La Fronde prend fin en octobre 1652.
Condé et ses alliés espagnols sont définitivement vaincus par Turenne six ans plus tard, durant la « Bataille des Dunes ». Il obtient cependant le pardon de Louis XIV qui lui confie un nouveau commandement au sein de son armée. Mazarin retrouve également ses fonctions auprès du souverain.

L’absolutisme de Louis XIV

Dès son sacre qui se déroule le 7 juin 1654 à Reims, Louis XIV renforce son pouvoir et la France devient une monarchie de droit divin.
Le roi a désormais un pouvoir absolu et lorsque le cardinal Mazarin décède en 1661, il n’est pas remplacé.
Louis XIV prend rapidement des mesures afin de mater toute tentative de révolte en province. Parallèlement, il ordonne l’arrestation de Nicolas Fouquet, surintendant des Finances, soupçonné d’avoir largement puisé dans les caisses de l’État déjà vidées par les conflits. Il nomme également des intendants chargés de faire respecter ses édits et entreprend de réorganiser l’administration et de réformer la justice et la fiscalité du pays.

Le roi s’entoure de conseillers mais aucune décision n’est prise sans son accord. Il n’hésite d’ailleurs pas à se séparer de ses ministres voire à les monter les uns contre les autres afin d’éviter tout risque de complot.
Il crée également de nouvelles fonctions comme le « Conseiller royal des finances » ou le « Lieutenant-général de police » confiés respectivement à Jean-Baptiste Colbert et à Gabriel-Nicolas de La Reynie.
Grand bâtisseur, il ordonne la construction et la restauration de nombreux châteaux et monuments dont celui de Versailles où il a coutume d’accueillir des artistes renommés. Il y organise des fêtes somptueuses et la cour se doit de respecter un strict protocole.

La stratégie militaire

Si Louis XIV bouleverse complètement l’organisation interne de la France, il entreprend également de consolider sa réputation de grande nation face aux autres puissances. Il affermit sa position en agrandissant et modernisant son armée et en organisant des guerres de conquêtes territoriales à l’encontre des pays voisins.

Afin de protéger son royaume, il confie au Marquis de Vauban l’organisation de sa défense. Celui-ci constitue un « pré carré » comprenant deux lignes de villes fortifiées entre la France et les Pays-Bas.
Ce système est inclus dans la « ceinture de fer », un immense réseau de fortifications et citadelles qui va résister aux attaques ennemies pendant plus d’un siècle.

Sébastien Le Prestre de Vauban

Sébastien Le Prestre de Vauban naît le 1er mai 1633 à Saint-Léger-de-Foucheret (actuellement Saint-Léger-Vauban), au sein d’une famille appartenant probablement à la petite noblesse de l’Yonne. Il reçoit une éducation sévère et poursuit une scolarité classique.
A 17 ans, en pleine Fronde, il intègre l’armée du prince de Condé en qualité de cadet d’infanterie et se fait rapidement remarquer par son courage ce qui lui permet d’obtenir le grade de sous-officier de cavalerie.

Il est arrêté par les troupes de Mazarin en 1653 et le cardinal parvient à le faire changer de camp. Vauban abandonne Condé pour se ranger aux côtés du roi de France.

Pendant plusieurs années, il poursuit une brillante carrière militaire et participe à un grand nombre de sièges ce qui lui permet d’observer leurs système de défense et de relever les erreurs commises par les assaillants et par les assiégés.

Vauban n’est âgé que de 22 ans lorsqu’il obtient le poste d’ « ingénieur militaire responsable des fortifications ». L’année suivante, on lui confie le commandement d’une compagnie. Il est chargé également d’organiser des sièges et la défense de villes amies.

En 1667, il conçoit et réalise la citadelle de Lille qui devient le modèle de nombreuses autres citadelles de Vauban. Un grand changement bouleverse l’organisation des sièges. En effet, la conduite des travaux et le déroulement des opérations ne sont plus confiés aux chefs militaires mais bien à un ingénieur secondé par le corps du génie.
Vauban détermine les différentes phases d’un siège en douze étapes allant de l’investissement de la place à l’assaut final. Il écrit différents traités, résultats de ses recherches et de ses observations. En revanche, il a toujours refusé de publier un ouvrage concernant les fortifications.

Il reçoit une dotation des mains du roi ce qui lui permet de devenir propriétaire du château de Bazoches où il installe son épouse et leurs enfants en 1675.
Trois ans plus tard, Vauban est nommé Commissaire général des fortifications et poursuit son œuvre, établissant une « ceinture de fer » autour de la France.
En 1705, un relevé des places fortes du royaume fait état de 119 villes fortifiées, 58 châteaux ou forteresses, 34 citadelles et de nombreuses autres fortifications construites ou perfectionnées par Vauban devenu maréchal de France en 1703.

Son franc-parler et le fait qu’il prend la défense des classes défavorises lui valent des tensions avec Louis XIV mais, à sa mort en 1707, le souverain déplore la perte d’un homme attaché à l’État

Les principaux ouvrages militaires de Vauban

  • La citadelle de Lille surnommée la « reine des Citadelles »
  • La citadelle d’Arras
  • La citadelle et le fort Griffon de Besançon
  • La citadelle et le fort Paté et Médoc de Blaye/Cussac Fort-Médoc
  • La citadelle et les forts de Briançon
  • La tour de Camaret-sur-Mer
  • La place forte de Longwy
  • La place forte de Mont-Dauphin
  • La citadelle de Mont-Louis
  • La place forte de Neuf-Brisach
  • La citadelle de Saint-Martin-de-Ré
  • Les tours de Tatihou et de la Hougue
  • Le fort de Villefranche-de-Conflent
  • Concarneau

Les principaux ouvrages civils de Vauban

  • L’aqueduc de Maintenon
  • L’aménagement du Canal du Midi conçu par Pierre-Paul Riquet
  • Les canaux des Flandres

Le musée consacré à Vauban

Un musée consacré au marquis de Vauban a ouvert ses portes en 1996 à Saint-Léger-Vauban, village natal de l’architecte.
Il est installé dans l’ancienne demeure du peintre et sculpteur du 20ème siècle, Marc Hénard.
Différents thèmes sont abordés afin de découvrir non seulement le génie de Vauban mais également son idéologie et son siècle.

Le musée est ouvert :

  • tous les jours en juillet et août
  • du mercredi au dimanche et les jours fériés de mars à juin et en septembre
  • les week-ends, jours fériés et vacances scolaires en octobre et en novembre

Maison Vauban
4 place Vauban
89630 Saint-Léger-Vauban
Tel : 03 86 32 26 30
Mail : maison.vauban@wanadoo.fr
Site web : http://www.vaubanecomusee.org

Le système défensif de Vauban
5 sur 5 (6 votes)

Vous aimeriez peut-être aussi

Le destin tragique de Fleurette de Nérac

Les sites touristiques les plus visités en France

Ribeauvillé, la cité des ménétriers

Scandale à la cour du Roi : L’affaire de la tour de Nesle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.