Le mesturet - ©Arcaion CC0 Creative Commons

Le Mesturet : une délicieuse recette à base de potiron

Avez-vous déjà entendu parler du Mesturet, une recette traditionnelle à base de potiron ? C’est un plat traditionnel de la région du Tarn qui fait sensation dans les restaurants modernes. Un dessert qui ne manquera pas d’éveiller vos papilles.

Quelques mots sur Tarn, cœur d’Occitanie

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Tarn est un département français de la région Occitanie. Au Nord-Ouest, les visiteurs seront ravis de contempler les Bastides : Puycelsi, Castelneau-de-Mont Mireille. Et parmi les spécialités de saison dans cette partie, le civet de sanglier connait un succès fou, un plat servi à la marinade. Le Sud est le domaine de la montagne Noire, où les châtaignes et les champignons abondent, et de la vallée du Thoré. C’est un beau paysage qui attire de nombreux touristes et qui fait partie du Parc naturel régional du Haut Languedoc. C’est un endroit parfait pour se ressourcer.

Plus à l’Est, on retrouve le musée de GOYA, les jardins de l’Évêché et les bords de l’Agout Bordés où se dressent des maisons pittoresques. À une époque passée, les activités du la mégisserie et du délainage, ainsi que le textile ont fait de cette région une terre prospère.

Les produits les plus réputés de Tarn

C’est dans la région du Tarn, plongée au cœur d’Occitanie que le Mesturet a vu ses origines. Dans cette partie de la France où tout passe, la plupart des gens vivent encore de l’agriculture à l’ancienne. D’autant plus que la nature de cette terre offre à ses habitants une multitude de champignons, baies et châtaignes, écrevisses de rivière propice pour la cuisine à l’ancienne.

Vous ne pouvez pas passer à Tarn sans avoir gouté à la charcuterie de Lacaune, une recette vieille du moyen âge. Aujourd’hui encore, de nombreuses familles vivent de la production et de la vente de ce met gourmand en proposant jambon, saucisson et saucisse avec la certification IGP. L’ail rose de Lautrec est aussi un ingrédient unique de ce département. Son goût légèrement sucré fait lui d’être particulièrement apprécié par la population autochtone et ses environs. Mais le bon vin est également présent dans ces terres, comme le fameux vin de Gaillac qui est toujours servi à chaque repas.

La cuisine tarnaise

Outre le paysage authentique et les anciennes infrastructures de Tarn, les spécialités culinaires font également la réputation de ce département. La cuisine tarnaise se révèle être une harmonie de couleurs et de parfums, une révélation de saveurs. Elle fait partie intégrante de la cuisine gastronomique du grand Sud-ouest. Une pléiade de mets sont servis dans ces terres mélangeant les topins, les grasals vernissés, les olas, les padenas qui en font les délices. Sans oublier les tripes et les escargots au safran, les anguilles au vin, les volailles parées de truffes, les pâtisseries regorgeant d’anis se mélangeant dans l’assiette.

Les recettes issues de cette région de l’Hexagone sont généreuses, authentiques et goûteuses. La gastronomie est à base de produits de cueillettede fruits et champignons en tout genre et de safran. Les plaines de ce département sont une zone propice pour permettre aux habitants de cultiver des vergers : kaki, pommes, cerises, abricots… Parmi les spécialités locales, on trouve le Frésinat, La Croustade ou bien le Casse-Museau de Brassac. Et comme dessert, la Navette et le Mesturetsont les plus connus. Ce dernier est maintenant présent dans la carte de plusieurs grands restaurants français.

Mesturet, histoire et origine

Le Mesturet, aussi appelé Mihassou au potiron, est un plat originaire du département de Tarn, mais qui a ensuite essaimé dans plusieurs régions voisines. À ses débuts, c’était pendant l’hiver que les villageois préparaient ce dessert atypique, car les fruits manquaient pendant cette période. La cuisinière devait alors se servir de légumes, notamment de potiron pour faire un dessert. Traditionnellement, on le préparait sans œufs ni de farine, mais avec le temps, les gens ont commencé à rajouter ces ingrédients dans la recette. En fait, elle a été revisitée par de nombreux cuisiniers, mais beaucoup de Tarnais restent fidèles à la recette originelle.

Le Mestruet de potiron était aussi fortement inspiré des gratins de courge sucrés des campagnes. Avec le temps, on commençait à substituer le potiron avec de la citrouille ou de courge, le nom de la recette étant inchangé. Évidemment, le goût change si l’ingrédient de base, le potiron, était remplacé par un autre à disposition du cuisinier. La teinte orangée du plat et sa consistance dense lui donnent un air de flan et de gâteau façon grand-mère.

Mais il est aussi possible de trouver dans les assiettes des « mesturets » en forme de beignets ou de galettes. Dans les restaurants modernes, ce plat est remis à l’honneur avec un « petit plus » en y ajoutant du rhum ou une fleur d’oranger pour le parfumer. On proposait également un accompagnement à ce plat, comme du thé ou même une glace à la vanille pour soi-disant dissimuler le côté pâteux et compact.

La recette du Mesturet

La recette du Mesturet est simple et gourmet. Pour ce faire, vous aurez besoin des ingrédients ci-après :

  • 1 kg de potiron ;
  • 50 g de beurre fondu ;
  • 75 g de sucre ;
  • 75 g de farine de maïs ;
  • 2 œufs ;
  • 1 verre de rhum ;
  • Un petit morceau d’orange ;
  • Un demi de cuillère à café de Bicarbonate de soude ;
  • Un sachet de sucre vanillé ;
  • Un peu de sucre cristallisant.

D’abord, coupez vos potirons en petits morceaux puis faites-les cuire à la vapeur tout en assurant de bien essorer. Ensuite, chauffez le four à 200°c. Mélangez tous les ingrédients dans un récipient en y ajoutant vos potirons jusqu’à obtention d’une pâte assez dense. Après, mettez-la dans une moule, de préférence rectangulaire, et enfournez pendant 40 minutes environ. Vous pouvez également faire frire la pâte à la poêle. Une fois que c’est cuit, saupoudrez de sucre cristallisant sur le dessus. Et voilà, c’est fait ! Ce repas se mange froid ou tiède, vous pouvez l’accompagner avec de thé.

Vous aimeriez peut-être aussi

Coq au riesling : un mets de délice Alsacien

Daube saintongeaise : une recette d’exception

La douzane, une spécialité régionale du Sud-Ouest

Champagne, une visite à Reims

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.