Arcades de l'hôpital pour pélerins à Pons (Charente Maritime) - ©Visitons ensemble Via communes.com

La Via Turonensis, de Paris à Ostabat

Si vous avez envie de partir en pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, par conviction, par curiosité ou pour découvrir à votre rythme le patrimoine architectural religieux de la France, il est indispensable de se préparer avec soin avant de prendre la route.
La première étape vers la concrétisation de votre projet, est le choix du chemin.

En France, il existe quatre chemins de Compostelle officiels. Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir la Via Turonensis dont le point de départ se situe à Paris.

Un peu d’histoire

Les premiers pèlerinages vers Saint-Jacques-de-Compostelle ont eu lieu très vite après la découverte du tombeau présumé de l’apôtre de Jésus par un ermite du nom de Pélage, en 813. L’évêque d’Iria Flavia, Théodomir, alerté par Pélage qui avait remarqué qu’un champ était illuminé par une étoile, ordonne les fouilles du site et découvre ainsi une sépulture.
Or, la légende racontait que le corps de Jacques-le-Majeur avait été placé sur une barque remise à la grâce de Dieu après son exécution par le roi de Judée, Hérode Agrippa. L’embarcation aurait dérivé avant de s’échouer sur le rivage galicien. De là à identifier le tombeau comme celui de l’apôtre, il n’y avait qu’un pas franchi allègrement par l’évêque et par le pape.

Le tombeau est alors installé dans une église et la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle est fondée à proximité du champ.
Des fidèles venus des quatre coins de l’Europe chrétienne se mettent en route pour se recueillir devant les reliques supposées de l’apôtre de Jésus. Pour y parvenir, ils bravent tous les dangers, maladies, attaques de brigands ou de loups ainsi que l’hostilité des musulmans qui occupent une grande partie de la péninsule ibérique.

Les pèlerins du Moyen-Âge n’avaient pas d’itinéraire bien précis et cheminaient sur les routes ordinaires. Ce n’est qu’à la fin du 19ème siècle que les quatre routes françaises sont régulièrement mentionnées. A cette époque, le pèlerinage qui avait été progressivement abandonné en raison des épidémies, des guerres et des révolutions retrouve un nouveau souffle.
Depuis le milieu du 20ème siècle, des associations jacquaires le remettent au goût du jour et aide les pèlerins à mener leur projet à son terme.

La Via Turonensis

La Via Turonensis doit son nom à la ville de Tours située dans la vallée de la Loire, l’une des premières grandes étapes du pèlerinage.
En réalité, le chemin débute en plein cœur de Paris, probablement au pied de l’ancienne église Saint-Jacques-la-Boucherie.
La Tour Saint-Jacques est le point de départ des pèlerins de la région parisienne mais également des Jacquets venus des pays de l’Europe du Nord et du Nord-Est.
Certains d’entre eux se rendent parfois immédiatement à Orléans ou à Tours. De ces villes, ils cheminent jusqu’au pied des Pyrénées où ils rejoignent les pèlerins qui ont suivi les « Via Podiensis »et « Via Lemovicensis ».
A partir d’Ostabat (ou de Saint-Jean-Pied-de-Port selon les sources), ces trois voies forment le « Camino navarro ».

Les grandes étapes du chemin

Tout au long des chemins de Saint-Jacques, des villes, souvent des évêchés, se développent notamment grâce à l’afflux de pèlerins et du commerce que celui-ci engendre.
Les grandes étapes de la Via Turonensis bénéficient donc de cette « manne » et de nombreux vestiges et monuments sont témoins de cette opulence :

  • Orléans classée Ville d’art et d’histoire se situe dans le Loiret (Centre-Val-de-Loire). A l’époque médiévale, elle est l’une des plus riches villes du royaume car elle profite à la fois de sa proximité avec Paris et de sa position sur la Loire.
    Elle sera tour à tour capitale du comté et du duché d’Orléans qui était traditionnellement donné en apanage au fils puîné des rois de France.
    Orléans est également ville de sacre et plusieurs rois dont Hugues Capet, Robert-le-Pieux et Charles II le Chauve y sont couronnés.
    Elle occupe également une place prépondérante dans la sphère culturelle. Son université spécialisée dans le droit fondée en 1306 acquiert un renom dépassant les frontières du royaume.
    N’oublions pas que c’est à Orléans que Jeanne d’Arc vient au secours des troupes du roi Charles VII et parvient à repousser les Anglais qui assiégeaient la ville.
  • Blois se situe dans le Loir-et-Cher (Centre-Val-de-Loire). Un premier château féodal est élevé sous le règne de Charles II le Chauve au 9ème siècle.
    Le comté de Blois s’étendant sur la Champagne et la région de Chartres a été l’une des plus importantes seigneuries médiévales. Il n’est donc pas étonnant que son château bâti au 13ème siècle en style gothique offre à ses visiteurs un sentiment de puissance
    Outre son château qui a été la résidence et le lieu de naissance de plusieurs rois de France, la ville abrite la cathédrale Saint-Louis.
  • Tours est certainement la ville la plus importante pour les pèlerins empruntant la Via Turonensis.
    Située en Indre-et-Loire (Centre-Val-de-Loire), Tours a très vite connu un rayonnement spirituel et culturel.
    Elle a été également au centre de l’histoire de France dès le Moyen-Âge. Le château construit au 11ème siècle a été résidence des comtes d’Anjou et résidence royale à l’aube du 13ème siècle, sous Philippe-Auguste. Il est abandonné par la cour au profit des château plus confortables et esthétiques de la Renaissance.
    A l’époque médiévale, Tours qui a le statut d’évêché depuis le 3ème siècle de notre ère est un haut lieu de pèlerinage.
  • Poitiers est situé dans la Vienne (Nouvelle-Aquitaine). Surnommée la « Ville aux cent clochers », elle abrite un incroyable ensemble d’édifices religieux, témoins de son influence cultuelle à travers les siècles.
    On peut également y découvrir l’ancien palais des comtes de Poitou et des Ducs d’Aquitaine transformé aujourd’hui en palais de justice. La ville a été résidence d’Aliénor d’Aquitaine qui en épousant Henri II d’Angleterre a permis à l’empire Plantagenêt de s’étendre de l’Écosse aux Pyrénées.
    Les pèlerins peuvent se recueillir devant les reliques de Sainte Radegonde et de Saint-Hilaire.
  • Saintes est une commune de la Charente-Maritime (Nouvelle-Aquitaine). Capitale successive du peuple celte des Santones, de la province romaine d’Aquitaine et de l’ancienne province française de Saintonge, la ville a connu une histoire prospère malgré quelques heures sombres marquées par les raids des Wisigoths, Vikings et musulmans.
    Au 11ème siècle, les moines de Cluny édifient la Basilique Saint-Eutrope tandis que la fondation de l’Abbaye-aux-dames est confiée aux Bénédictins.
    Saintes devient ainsi l’une des principales étapes de la Via Turonensis.
    Après avoir fait partie de l’Empire Plantagenêt suite au mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec le roi d’Angleterre, Saintes est intégrée au royaume de France en 1404.
  • Pons se situe en Charente-Maritime (Nouvelle-Aquitaine). Après avoir été un important oppidum celte et un centre commercial prospère à l’époque gallo-romaine, la ville a été victime de plusieurs raids et incendies. Elle renaît cependant de ses cendres au Moyen-Âge et, au 12ème siècle, elle est à la fois un bourg fortifié imposant et une étape incontournable sur la Via Turonensis. De nombreux édifices religieux et un hôpital réservé au pèlerins sont construits à cette époque.
  • Bordeaux est bien entendu l’une des étapes majeures de la Via Turonensis. Trois de ses édifices religieux sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques : la basilique Saint-Seurin, la cathédrale Saint-André et la basilique Saint-Michel.
    Bien entendu, la ville compte une multitude d’autres monuments, témoins de l’histoire particulièrement riche de Bordeaux.
    D’autres sites, plus intimistes, rappellent le passage des pèlerins en ces lieux comme la rue Saint-James qui indique la direction de Saint-Jacques-de-Compostelle, la rue de la Coquille ou, à quelques kilomètres du centre-ville, le prieuré de Bardanac, ancien hôpital pour pèlerins transformé aujourd’hui en restaurant.

La visite des édifices religieux majeurs de la Via Turonensis

La Tour Saint-Jacques

La Tour Saint-Jacques a été édifiée au début du 16ème siècle. Elle est le dernier vestige de l’église Saint-Jacques-la Boucherie, point de rassemblement des pèlerins empruntant la Via Turonensis pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle.
La légende raconte que cet édifice a été fondé par Charlemagne à l’aube du 9ème siècle mais elle n’a jamais pu être confirmée par des documents écrits.
En revanche, l’église est mentionnée en 1119 dans une bulle du pape Calixte II. Elle abritait des reliques de l’apôtre Jacques-le-Majeur et était donc un important lieu de pèlerinage médiéval.

Au 15ème siècle, sous le règne de Charles VI dit le Fou, une chapelle est fondée dans l’église par la confrérie des bouchers ce qui explique le nom de l’édifice. La tour-clocher est construite en 1509 en style gothique flamboyant.

Au lendemain de la révolution de 1789, le monument est vendu et démoli afin de récupérer ses pierres. La tour Saint-Jacques échappe à la destruction. Rachetée par la ville en 1836, elle a bénéficié d’une restauration en 2007.

En pratique :

La tour se visite de juin à fin octobre du vendredi au dimanche (et les lundis de juillet et août) de 10 à 21hr30.
Les visites guidées durent approximativement 50 minutes.
En raison de l’étroitesse de l’escalier, la visite n’est pas recommandée aux personnes souffrant de claustrophobie. Elle est déconseillée aux personnes à mobilité réduite ou souffrant de maladies cardiaques et est interdite aux enfants de moins de 10 ans.

Tour Saint-Jacques
Square de la Tour Saint-Jacques
75001 Paris
Tel : 01 83 96 15 05
Mail : contact@desmotsetdesarts.com
Site web : http://www.desmotsetdesarts.com/offres/visites-guidees-paris/visite-de-la-tour-saint-jacques

La cathédrale Sainte-Croix d’Orléans

La cathédrale Sainte-Croix d’Orléans est édifiée au 17ème siècle sur le site de l’ancienne cathédrale détruite par les protestants durant les Guerres de Religion. Cet édifice est l’une des plus grandes cathédrales de style gothique de France.

En pratique :

La cathédrale se visite gratuitement, librement en permanence ou en compagnie d’un guide :

  • tous les jours de 9hr15 à 18hr de mai à septembre
  • du lundi au jeudi de 9hr15 à 12hr et de 14hr à 18hr d’octobre à avril

Cathédrale Sainte-Croix
Place Sainte-Croix
45000 Orléans
Tel : 02 38 77 87 50
Site web : https://www.tourismeloiret.com/fr/diffusio/visites/cathedrale-sainte-croix-orleans_TFOPCUCEN0450100249

La cathédrale Saint-Louis de Blois

La cathédrale Saint-Louis de Blois présente un style gothique tardif mêlant des touches de classicisme. Édifiée aux 16ème et 17ème siècles, elle domine la ville et la Loire et est depuis 1697 le siège de l’évêché de la ville.
La cathédrale se visite toute l’année librement et gratuitement.

Cathédrale Saint-Louis
Place Saint-Louis
41000 Blois
Tel : 02 54 74 50 42
Site web : https://www.bloischambord.com/planifier/patrimoine/monuments/cathedrale-saint-louis-250283#tariffs

La cathédrale Saint-Gatien de Tours

La cathédrale Saint-Gatien de Tours, de styles gothique flamboyant et Renaissance, est édifiée au 12ème siècle sur l’emplacement de la première cathédrale consacrée à Saint-Maurice par l’évêque de la ville, au 4ème siècle.
L’édifice se visite gratuitement et librement tous les jours de 8hr30 à 19hr (20hr en haute saison).

Cathédrale Saint-Gatien
Rue Lavoisier
37000 Tours
Tel : 07 77 83 18 07
Site web : https://www.paroisse-cathedrale-tours.fr

La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers

La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers construite entre le 12ème et le 14ème siècle est un très bel exemple du style gothique angevin caractérisé par des voûtes profondes et par un chevet dépourvu d’arc-boutant. Ses trois nefs ont la même hauteur et ne sont séparées que par des minces colonnes ce qui la classe dans la catégorie des « églises-halles ».
L’édifice se visite librement et gratuitement toute l’année de 9hr à 17hr en basse saison et de 9hr à 20hr en haute saison.
Des visites guidées sont organisées régulièrement.
La cathédrale Saint-Pierre est incluse dans le circuit « quartier épiscopal » proposé par l’Office de Tourisme de Poitiers. Ce circuit comprend également l’église Notre-Dame-la-Grande, la Grand’Rue bordée de maisons médiévales, l’église Sainte-Radegonde, le Baptistère Saint-Jean qui est le plus ancien édifice chrétien conservé en Europe et ses sarcophages mérovingiens, le Palais des Comtes de Poitou et Ducs d’Aquitaine (actuel Palais de Justice) ainsi que l’Hôtel de Ville.

Office de Tourisme de Grand Poitiers
45 Place Charles de Gaulle
86009 Poitiers
Tel : 05 49 41 21 24
Site web : http://www.ot-poitiers.fr

La basilique Saint-Eutrope de Saintes

La basilique Saint-Eutrope de Saintes a été fondée en 1081 par les moines de l’abbaye de Cluny sur ordre du duc Guillaume VIII d’Aquitaine. Les pèlerins viennent se recueillir devant le tombeau du saint martyr, premier évêque de la ville (au 3ème ou 4ème siècle). Un prieuré accueillant une vingtaine de moines était adossé à l’église mais il a été fermé à l’époque de la Révolution.
Au début du 19ème siècle, la nef de l’église qui menaçait de s’écrouler a été démolie, les réparations étant jugées trop coûteuses. La façade de l’édifice a été reconstruite en 1831 en style néo-roman rappelant son aspect d’origine. On peut remarquer le contraste entre ses lignes épurées et la flèche gothique construite au 15ème siècle.
L’église se visite librement tous les jours de 9 à 19hr. Des visites guidées sont organisées sur demande.

Basilique Saint-Eutrope
Rue Saint-Eutrope
17100 Saintes
Tel : 05 46 74 23 82
Site web : https://www.saintes-tourisme.fr/fiche/detail/20043/Decouvertes~Sites-et-monuments/%C3%89GLISE-SAINT-EUTROPE

L’abbaye-aux-Dames de Saintes

L’abbaye-aux-Dames de Saintes fondée en 1047 est la première abbaye réservée aux femmes de la région. De nos jours, de nombreuses activités musicales sont organisées entre ses murs, notamment le « Festival de Saintes » consacré à la musique ancienne.
L’abbaye poursuit sa vocation hospitalière en accueillant les voyageurs dans les anciennes cellules des nonnes, sobres mais confortables.

Abbaye aux Dames, Cité musicale
11 place de l’Abbaye
17100 Saintes
Tel : 05 46 97 48 48
Mail : info@abbayeauxdames.org
Site web : http://www.abbayeauxdames.org

L’Hôpital des pèlerins de Pons

L’Hôpital des pèlerins de Pons a été bâti au 12ème siècle afin d’accueillir les pèlerins de Saint-Jacques. Il a été classé sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO en 1998. L’hôpital a été construit en dehors des murs afin de pouvoir accueillir les voyageurs après la fermeture des portes de la ville. Cette situation excentrée permettait également de préserver les habitants d’éventuelles épidémies apportées par les pèlerins.
Transformé au 19ème siècle en école, l’hôpital a été ensuite abandonné en raison de sa vétusté. Fort heureusement, il a profité d’une restauration dans les années 1990 et accueille aujourd’hui différentes activités culturelles.
L’ensemble se visite tous les après-midi d’avril à mi-septembre (durée approximative: 1 heure).

Hôpital des Pèlerins
Rue Georges Clemenceau
17800 Pons
Tel : 05 46 96 13 31
Site web : http://www.pons-tourisme.com/decouvrir/a-visiter/lhopital-des-pelerins/

La basilique Saint-Seurin de Bordeaux

La basilique Saint-Seurin de Bordeaux abritant les reliques de l’évêque du 5ème siècle est mentionnée dès le 12ème siècle. On découvre sur la façade sud de l’édifice une statue de Saint-Jacques-le-Majeur.
La basilique se visite toute l’année. Des concerts y sont régulièrement donnés.

Basilique Saint-Seurin
Place des Martyrs de la Résistance
33000 Bordeaux
Site web : https://www.bordeaux-tourisme.com/offre/fiche/basilique-saint-seurin/PCUAQU033V501PQG

La cathédrale Saint-André de Bordeaux

La cathédrale Saint-André de Bordeaux est un monument chargé d’histoire puisque c’est entre ses murs que se sont unis Aliénor d’Aquitaine et le futur Louis VII ainsi que Louis XIII et Anne d’Autriche. Après avoir été victime de la révolution et d’un incendie, l’édifice a été magnifiquement restauré. On peut y découvrir la nef romane et le chœur gothique construit au 14ème siècle. Des concerts dont un festival d’orgue et des expositions sont régulièrement organisés.

Cathédrale Saint-André
Place Pey Berland
33000 Bordeaux
Tel : 05 44 67 29
Site web : http://cathedrale-bordeaux.fr

La basilique Saint-Michel de Bordeaux

La basilique Saint-Michel de Bordeaux bâtie en style gothique flamboyant dominait l’un des quartiers les plus animés de la ville puisqu’on y déchargeait les marchandises acheminées par les gabares (embarcations à fond plat). Elle se caractérise par son clocher indépendant de l’église.
Le monument est accessible toute l’année mais la flèche et la crypte sont ouvertes uniquement d’avril à octobre.
On pouvait, jusqu’en 1979, y découvrir des momies trouvées en 1791 dans l’ancien cimetière paroissial. Afin de les préserver et par respect pour ces défunts, les momies ont été placées dans un reliquaire au cimetière de la Chartreuse, le plus ancien cimetière de Bordeaux. Des photos des momies qui ont gardé tout leur mystère ainsi qu’un petit documentaire sont aujourd’hui projetés dans la crypte de la basilique.

Basilique Saint-Michel
Place Meynard (ou Canteloup)
33000 Bordeaux
Site web : https://www.bordeaux-tourisme.com/offre/fiche/basilique-saint-michel/PCUAQU033V500MAF

L’abbaye Saint-Jean de Sorde

L’abbaye Saint-Jean de Sorde située dans les Landes a été édifiée au 10ème siècle. Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.
Les moines bénédictions ont bâti leur monastère sur le site d’une ancienne villa gallo-romaine.
Au Moyen-Âge, les pèlerins devaient payer des passeurs pour traverser les gaves situées à Sorde. De nombreux bateaux chaviraient et les passeurs en profitaient pour voler les effets des jacquets morts noyés. A partir de 1289, un pont à péage remplace la navette des bacs.
L’abbaye se visite librement ou en compagnie d’un guide (réservation souhaitée) de mars à novembre. Le site est difficilement accessible aux personnes à mobilité réduite.

Abbaye de Sorde
232 Place de la mairie
40300 Sorde l’Abbaye
Tel : 05 58 73 09 62
Mail : contact@abbaye-sorde.fr
Site web : https://www.abbaye-sorde.fr

L’abbaye Sainte-Marie d’Arthous

L’abbaye Sainte-Marie d’Arthous est située à Hastingues, dans les Landes. Cette bastide construite au 12ème siècle devient une étape des jacquets en route pour Saint-Jacques-de-Compostelle.
L’abbaye est bâtie par les chanoines de Prémontré notamment dans le but d’accueillir les pèlerins. Au Moyen-âge, un hôpital se trouvait à proximité des bâtiments monastiques.
Le site se visite librement tous les jours, excepté le lundi, d’avril à novembre.
Des visites guidées thématiques et des expositions sont régulièrement organisées.
L’abbaye abrite également le musée départemental d’histoire et d’archéologie.

Abbaye d’Arthous
40300 Hastingues
Tel : 05 58 73 03 89
mail : arthous@landes.fr
Site web : http://arthous.landes.fr

La Via Turonensis, de Paris à Ostabat
5 sur 5 (6 votes)

Vous aimeriez peut-être aussi

La crèche de noël, une tradition séculaire

Les Dentellières

La Cham des Bondons, un surprenant champ de Mégalithes en Lozère

Le sapin de noël, roi de la fête

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.