Santons - ©Harald_Landsrath CC0 Creative Commons

Les santons Provençaux

Durant la période des fêtes de fin d’année, les villes se parent de décorations qui mettent un peu de chaleur et de couleurs dans les rues alors que l’hiver a déjà bien souvent étendu son manteau blanc sur nos régions.
Pour les ménages chrétiens, la préparation de la Noël passe également par l’installation de la crèche au pied du sapin ou de la cheminée. Les enfants comme leurs parents disposent avec plaisir les petits personnages traditionnels qui se transmettent bien souvent de génération en génération.
Parmi les nombreuses figurines de la crèche, les santons de Provence sont certainement les plus connus. Mais connaissez-vous l’histoire de ces « petits saints » provençaux ?
Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir l’histoire des santons et des santonniers.

Un peu d’histoire

La naissance de Jésus de Nazareth marque le début du christianisme … il y a plus de 2.000 ans. Très tôt, les chrétiens ont tenu à célébrer cet événement connu sous le nom de la « Nativité ».
La date du 25 décembre a été fixée, arbitrairement, au 4ème siècle. Comme aucun écrit biblique ne mentionne de jour ni même de saison concernant cette naissance, le pape Libère choisit de la faire coïncider avec la fête du « dies natalis solis invicti », en l’honneur du soleil invaincu. Il souhaite en effet proposer un calendrier incluant les fêtes païennes et religieuses. C’est ainsi que pour la grande majorité des chrétiens, la Noël correspond depuis cette époque au solstice d’hiver.

Au Moyen-Âge, Noël et Pâques deviennent les deux principales fêtes de la chrétienté.
Dès le 10ème siècle, des saynètes appelées « mystères » ou « miracles » sont jouées dans les églises et les « jeux de la Nativité » mettent en scène les personnages traditionnels de nos crèches. Parallèlement, une première crèche vivante est créée par Saint-François d’Assise en 1223. Cette coutume se répand rapidement et est adoptée notamment par les moines franciscains installés dans le sud de la France.
Petit à petit les « acteurs » sont remplacés par des figurines ce qui permet aux fidèles de rendre hommage à l’enfant Jésus pendant toute la période de Noël.
A partir de la Renaissance, les créateurs de crèches rivalisent d’imagination et ce qui était à l’origine des représentations plus ou moins rudimentaires d’une scène biblique deviennent de véritables œuvres d’art.
Les figurines sont richement parées, les décors sont de plus en plus travaillés et détaillés. En revanche, elles sont dorénavant de taille plus réduite ce qui facilite leur transport et permet de réduire les coûts.
Les crèches qui étaient jusque là installées dans les églises et institutions religieuses apparaissent dans les maisons particulières. Cet usage est cependant réservé aux classes sociales les plus élevées. Au 17ème siècle, les familles de la noblesse s’enorgueillissent de posséder des crèches baroques ou napolitaines.

Au fil du temps, les fêtes de Noël et de Pâques perdent une grande partie de leur caractère strictement religieux pour devenir des occasions de réunir la famille et de partager un bon repas et quelques cadeaux.
Malgré tout, certaines traditions sont toujours respectées et si la bûche de bois qui brûlait dans la cheminée de nos ancêtres est devenue un savoureux dessert, la crèche installée dans notre foyer rappelle fortement les scènes de Nativité peintes par Fra Angelico ou Botticelli et même la fresque ornant le sarcophage des Saints Innocents (Basilique Sainte Marie-Madeleine de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume).

Les crèches provençales

Si l’Italie offre des crèches d’une facture exceptionnelle destinée aux classes patriciennes, la production française est plus démocratique, probablement influencée par les ordres mendiants, principalement les Franciscains.

C’est déjà à Marseille que la première crèche mécanisée française est créée, en 1775. Son concepteur répondant au nom de Laurent propose quelques personnages articulés revêtus de costumes traditionnels curieusement représentés en compagnie d’animaux exotiques comme des girafes et des hippopotames.

Lorsque la Révolution française éclate en 1789, les ordres religieux sont abolis, les églises sont fermées et les coutumes liées à la religion, notamment l’installation des crèches, sont interdites.
La plupart des chrétiens refusent cependant de renoncer à leurs traditions et c’est ainsi que les crèches passent dans la clandestinité et sont dressées à l’abri des regards, dans les maisons.
Au début du 19ème siècle (Concordat fixant les relations entre l’État français et les religions), l’interdiction est levée mais l’habitude est prise … la crèche de Noël s’invite définitivement à l’intérieur des foyers.

Entre-temps et afin de répondre aux attentes des chrétiens qui veulent préserver leurs crèches au mépris de la loi, les santons provençaux ont fait leur apparition. Leur nom dérive du provençal « santoun » qui signifie petit saint.
Ces petits personnages de taille réduite permettent à chacun de composer sa crèche personnalisée en choisissant avec soin les figurines aux couleurs locales.
Aux côtés des personnages « basiques », à savoir Marie, Joseph, l’enfant Jésus, le bœuf et l’âne, les rois mages et les bergers, les santonniers proposent des « nouveautés ». Tous les métiers traditionnels sont en effet représentés dans les crèches provençales. Ils sont rejoints régulièrement par de nouveaux personnages afin de répondre à l’évolution du monde du travail.

La fabrication des santons

La fabrication des santons de Provence n’a guère changé depuis le début de la production même si les premières figurines ont été réalisées en mie de pain, en plâtre ou en bois et non en argile.
C’est le sculpteur marseillais Jean-Louis Lagnel qui est considéré comme le créateur des santons d’argile, au début du 19ème siècle.
Il a en effet pris l’habitude de réaliser des petites figurines représentants ses contemporains exerçant leurs métiers. Chaque partie du corps et chaque accessoire sont alors moulés séparément avant d’être assemblés avec de la barbotine, une pâte d’argile délayée.
Dans un second temps, il crée ses personnages en une seule pièce donnant ainsi naissance au santon provençal tel que nous le connaissons.

La première étape de la fabrication du santon de Provence consiste à réaliser le modèle dans de l’argile rouge crue afin de donner vie à un personnage. Ce travail minutieux nécessite de la technique et une grande maîtrise artistique.

Ce modèle est ensuite placé dans une structure en plâtre afin d’y imprimer les empreintes face et dos… les deux parties du moule sont alors prêts.
Les nouveaux santons sont fabriqués en pressant de l’argile entre ces deux parties. Une fois démoulés, ils sont estampillés (marqués du logo du santonnier), mis à sécher et ébarbés (retrait des petites aspérités laissées lors du moulage).

Après un second temps de de séchage qui dure au moins trois jours, le santon est mis en cuisson. Cette étape prend entre 12 et 48 heures, la température devant s’élever doucement jusqu’à plus de 900 degrés avant de redescendre tout aussi lentement afin de donner toute sa solidité à la figurine.
Il reste aux artisans à peindre et à ajouter éventuellement des accessoires comme un mini fagot de bois ou quelques fleurs sèches.
Chaque pièce est peinte à la main et est donc unique car les couleurs peuvent varier d’un santon à l’autre, selon l’inspiration du décorateur.

Les personnages

Bien entendu, les personnages traditionnels sont toujours repris dans les crèches provençales. Marie (Santo Vierge), Joseph (Sant Jousè), l’âne gris (l’ase), le bœuf (lou biou), l’ange annonciateur (Boufarèu), les rois mages sans oublier l’enfant Jésus (enfan Jèsu) couché dans son auge sont des incontournables.
La grande particularité des santons est cependant de représenter chaque métier ancien ou moderne.
Les tous premiers personnages façonnés par Jean-Louis Lagnel font toujours partie de l’assortiment des santonniers. On reconnaît notamment le berger, le pêcheur, le fermier, la boulangère, …. des métiers traditionnels du début de 19ème siècle.

Le succès des santons de Lagnel suscite de nouvelles vocations et de nombreux Provençaux vont à leur tour devenir santonniers et ajouter leur note personnelle à cet artisanat en plein développement.
Parallèlement, ils perfectionnent les techniques notamment en cuisant les figurines d’argile dans un four afin d’augmenter leur résistance.
Des personnages sortis des romans d’Alphonse Daudet ou encore du folklore provençal viennent enrichir la collection. Le curé, le « ravi », le vieux et la vieille, le tambourinaire et les Bohémiens sont généralement présents dans chaque crèche provençale.

A l’heure actuelle, on peut également découvrir des personnages plus modernes comme l’alpiniste ou l’hôtesse de l’air.

Les décors

Les crèches provençales ne sont pas de simples « étables » et quelques personnages. Les éléments de décor sont nombreux. Maisons en pierre aux toits en tuiles, moulins et granges, arbres et fleurs, puits, commerces, barques, pièces d’eau, églises, cascades, charrettes, animaux divers et même l’incontournable terrain de boules… il y a de quoi composer un décor unique au gré de ses envies et fantaisies.

Les foires

La renommée des santons est telle qu’une première foire est organisée, toujours à Marseille, en 1803. Le succès est au rendez-vous et la foire devient annuelle.
Si elle a déménagé à plusieurs reprises au fil du temps, la Foire aux santons de Marseille se tient aujourd’hui encore chaque dernier dimanche du mois de novembre. La 200ème édition s’est déroulée en 2003 !

Si Marseille est la première ville à avoir proposé ce type d’événements, elle est bientôt rejointe par d’autres villes provençales dont Aix-en-Provence et Aubagne.

La visite

Durant votre séjour en Provence, vous vous rendez très vite compte que les santons connaissent toujours un vif succès. Vous les retrouvez dans les vitrines des boutiques de nombreuses localités et dans les ateliers de santonniers qui ouvrent régulièrement leurs portes au public.
Foires et musées complètent agréablement la découverte de ces petites figurines qui évoquent si bien la magie de Noël.

N’hésitez pas à consulter également le site http://www.santounette.fr qui propose une liste des magasins et des ateliers des santonniers ainsi que des articles concernant l’actualité dans le monde du santon de Provence.

Les musées

Le musée des santons des Baux de Provence présente à ses visiteurs une impressionnante collection de santons, habillés ou peints, créés dans les plus célèbres ateliers de santonniers. On peut également y admirer des figurines de crèches napolitaines des 17ème et 18ème siècles ou encore des santons d’église du 19ème siècle.
Ce musée a pris place dans le bâtiment qui servait autrefois de corps de garde, sur les remparts de la ville. Il est ouvert toute l’année.
Une agréable visite à faire en famille… les enfants apprécieront de découvrir les santons disposés à leur hauteur.

Musée des santons
Place Louis Jou
13520 Les Baux de Provence
Tel : 04 90 54 34 39
Email (Office de tourisme) : tourisme@lesbauxdeprovence.com
Site web (Office de tourisme) : www.lesbauxdeprovence.com

Le Village des Santons d’Aubagne propose une reconstitution d’une vingtaine de villages provençaux créés par des santonniers et des céramistes et « habités » par plus de 3.000 figurines, une merveilleuse manière de découvrir non seulement le travail de ces artisans mais également la vie quotidienne dans la Provence d’autrefois.
Le site est accessible gratuitement du mardi au samedi de 10 à 13hr et de 14 à 18hr.

Le Village des Santons
16, avenue Antide Boyer
13400 Aubagne

L’ancien atelier de la « Belle santonnière » également appelée la « Dame de Clastre », Thérèse Neveu, présente non seulement les santons de l’artiste qui vécut et travailla en ces lieux mais également des œuvres plus contemporaines ainsi que des expositions thématiques temporaires.

En pratique :

Les ateliers sont ouverts tous les jours sauf le lundi de 10 à 12hr et de 14 à 18hr. La visite est gratuite.

Cité de l’Art Santonnier
Atelier Thérèse Neveu
4, Cour de Clastre
13400 Aubagne
Tel : 04 42 71 17 81

Le Conservatoire du Santon Provençal d’Arles présente une collection de plus de 2.000 figurines créées par les grands santonniers du 19ème siècle à nos jours. Des expositions temporaires sont régulièrement organisées.

En pratique :

Le conservatoire est ouvert tous les jours sauf le mardi de 10 à 19hr. L’entrée est gratuite pour les enfants de moins de 14 ans.

Conservatoire du santon Provençal
14, Rond-point des arènes
13200 Arles
Tel : 04 90 93 48 80
Email : conservatoire.santon.arles@gmail.com
Site web : https://www.facebook.com/Conservatoire-du-santon-proven%C3%A7al-1807905296116298/

La très belle exposition de santons et de villages provençaux installée de manière permanente au domaine viticole de Chantegrillet, à Roussillon. Cette collection de santons a été sauvée suite à la fermeture du musée de Cavaillon et est mise en valeur par des décors minutieusement travaillés par un ébéniste.

Domaine de Chantegrillet
Planes de Gourredon
84220 Roussillon (Gougoumelle)
Tel : 04 90 05 74 83
Email : domaine-de-chantegrillet@orange.fr

Le village provençal miniature de Grignan réunit plus de 80 bâtiments traditionnels et un millier de santons et accessoires qui plongent le visiteur dans la Provence du 19ème siècle. Les maisons mesurent approximativement 1 mètre tandis que les figurines habillées ont en moyenne 30 cm. Chaque pièce est unique.

En pratique :

La visite dure approximativement 45 minutes.
Le village est accessible aux personnes à mobilité réduite
Le site est ouvert toute l’année :

  • tous les jours sauf le mardi, de janvier à mars, de 14 à 18hr (ouvert également de 10hr30 à 12hr les week-ends et jours fériés)
  • tous les jours de 10 à 19hr de mi-juillet à fin août
  • tous les jours de de 10 à 12hr et de 14 à 18hr30 d’avril à mi-juillet et de septembre à décembre
    Coordonnées :

Le Village provençal miniature
La petite Tuilière
Route de Valréas
26230 Grignan
Tel : 04 75 46 91 68
Mail : contact@village-miniature.fr
Site : http://www.village-miniature.fr

Le Musée du Santon et des Traditions Provençales de Fontaine-de-Vaucluse propose sa collection de plus de 2.200 santons ainsi que 60 crèches dont la plus petite crèche du monde et ses 39 santons installés dans une coquille de noix !

Musée du Santon et des Traditions de Provence
Place de la colonne
84800 Fontaine-de-Vaucluse
Tel : 04 90 20 20 83
Mail : marcel-jarny@orange.fr
Site web : http://musee-du-santon.e-monsite.com

Les principales foires aux santons

La foire aux santons de Marseille est la plus ancienne foire aux santons. La première édition a eu lieu en 1803 et fête donc sa 216ème édition en 2018.
Elle se déroule chaque année de la mi-novembre à la fin décembre. La foire a déménagé plusieurs fois d’emplacement depuis sa création et se tient actuellement sur la Place Charles de Gaulle. Différentes animations sont organisées durant l’événement.

Infos et réservations :

Union des Fabricants de Santons de Provence
15 rue du Petit Puits
13002 Marseille
Email : contact@foire-aux-santons-de-marseille.fr
Site web : http://www.foire-aux-santons-de-marseille.fr

De la mi-novembre à la fin décembre, la ville d’Aubagne vit au rythme de la Noël. De nombreuses animations sont organisées avec, en point d’orgue, la Biennale de l’Art Santonnier (les années paires), un grand marché aux Santons qui a lieu le 1er week-end de décembre. Durant toute la durée du marché d’hiver, santonniers et céramistes locaux s’installent dans des chalets sur l’Esplanade de Gaulle.
Les santonniers et céramistes proposent également leurs créations durant le marché d’été qui se déroule au même endroit durant le mois d’août, dans une ambiance festive (concerts, cinéma de plain air, …)

Infos et réservations :

Office de Tourisme Intercommunal d’Aubagne
Tel : 04 42 03 49 98
Site web : http://www.tourisme-paysdaubagne.fr/fr

Un premier santonnier d’Aix-en-Provence propose ses créations en 1934 à l’occasion de la « Fête de la Sainte-Barbe ». Petit à petit cet événement est devenu l’une des plus importantes foires aux santons de Provence.
Elle ouvre ses portes sur l’Esplanade Cézanne de la fin novembre au début janvier de 10 à 19hr.
D’autres animations de Noël sont organisées en parallèle, notamment des concerts, des veillées ou encore le marché des 13 desserts.

Infos et réservations :

Mairie d’Aix-en-Provence
Tel : 04 42 91 90 00
Site web : http://www.aixenprovence.fr et http://www.aixenprovencetourism.com

Que manger à Noël en Provence ?

Fêter Noël en Provence permet de découvrir quelques-unes des traditions régionales proposées durant cette période :

  • Le gros souper servi sur trois nappes blanches comprend sept plats maigres, sans viande. Il représente les sept douleurs de Marie. On y retrouve différents légumes, des poissons, des escargots, de la soupe à l’ail ou des omelettes accompagnés de 13 petits pains.
  • Les 13 desserts, mendiants, dattes, nougats, fougasse, fruits confits et fruits frais, oreillettes (gaufrettes) représentant le Christ et ses 12 apôtres, sont mis à la disposition des hôtes du 24 au 27 décembre.
Les santons Provençaux
5 sur 5 (3 votes)

Vous aimeriez peut-être aussi

Marly-le-Roi, résidence secondaire de Louis XIV

Le musée de Cluny fait peau neuve

L’affaire Marie Besnard, coupable ou victime ?

La baie de Douarnenez, terre de légendes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.