Réunion d'entreprise - ©rawpixel CC0 Creative Commons

Conseils pour gérer son entreprise en France

La France comptait selon les dernières statistiques plus de 4 millions d’entreprises (hors micro-entreprises). Une très grande majorité de ces sociétés est constituée par les TPE (très petites entreprises) de moins de 10 salariés. A cela s’ajoutent donc les micro-entreprises qui sont estimées à plus d’un million. Même si elles représentent un faible poids dans l’économie française, le nombre de ces micro-entreprises ne cesse d’augmenter : en 2018, 45% des nouvelles entreprises créées l’étaient sous ce statut. Et de manière générale, le volume de création d’entreprises ne cesse de s’accroître ces dernières années et n’a jamais été aussi important en France. Les Français auraient-ils donc des envies d’entreprendre ?

Créer son entreprise en France

La première idée préconçue que l’on a lorsqu’on évoque le fait de créer son entreprise en France, est la difficulté de la démarche due notamment aux lourdeurs administratives. Mais il n’est pas forcément plus compliqué de se lancer en France que dans d’autres pays. On constate d’ailleurs plus de 500.000 nouvelles entreprises créées chaque année ! Une récente étude montre d’ailleurs que 30% de la population française actuelle s’est placée à un moment donné dans un contexte entrepreneurial.
Les formalités ont par ailleurs été bien simplifiées au cours des années. Une moyenne de 7 jours a été relevée pour monter sa société en France regroupant cinq procédures administratives, chiffres bien inférieurs aux autres pays du G20.
L’essentiel est de bien s’informer avant de se lancer, notamment, avant de choisir le type de structure qui sera créé. Et en fonction, il sera nécessaire de bien connaître les particularités du statut choisi, les règlements et obligations qui s’imposent. Il faut savoir par exemple qu’au-delà d’un salarié, un chef d’entreprise aura l’obligation d’établir un document unique concernant la sécurité de ses employés.
Beaucoup de dispositions ont été mises en œuvre afin d’aider le futur créateur d’entreprise, mais aussi de soutenir leur développement. Un guichet unique par exemple a été créé sur Internet afin de pouvoir créer son entreprise en ligne, quelle qu’elle soit (commerce, artisanat, micro-entreprise…).
Par ailleurs, il ne faut pas hésiter à prendre conseil et à se faire accompagner lorsque l’on entame une démarche de création d’entreprise. D’ailleurs, si vous êtes déjà passé par là et souhaitez accompagner les futurs entrepreneurs, il est possible de devenir conseiller petite entreprise.

Les régions pour entreprendre

Si l’Ile-de-France est sans surprise la région qui compte le plus de créations d’entreprises, la province n’est pas en reste.
L‘Auvergne-Rhône-Alpes se distingue sur certains secteurs : tourisme, artisanat et services à la personne. De plus, elle offre un contexte favorable aux porteurs de projets innovants et possède des organismes qui accompagnent les étudiants-entrepreneurs. Elle attire par ailleurs des Parisiens en recherche d’une certaine qualité de vie et de coûts moindres (pour les locaux par exemple). Les départements du Rhône et de l’Isère regroupent presque la moitié des nouvelles sociétés. Mais si vous souhaitez ouvrir un commerce, pensez à Clermont-Ferrand ! Un effort important a été accompli par cette ville ces dernières années, afin de promouvoir son centre-ville. A titre d’exemple un guichet unique a été mis en place à destination des commerçants.

La région Pays-de-Loire est quant à elle la plus proactive pour la création d’entreprises en franchises. Mais pas seulement ! Elle aide le lancement de sociétés innovantes et apporte des aides pour la recherche et le développement. De ce fait, elle attire notamment les jeunes entrepreneurs. L’agglomération de Nantes possède l’un des plus grands nombres de créations d’entreprises en France. Sa localisation proche de l’océan, son accessibilité par les transports en commun, sa vie culturelle, sont quelques-uns des attraits de la métropole nantaise.

La gestion au quotidien de son entreprise

Lorsqu’une entreprise est lancée et sur les bons rails, sa gestion au quotidien peut revêtir un aspect rebutant. Certaines tâches peuvent être externalisées, c’est même obligatoire pour certains types de sociétés. Comptabilité, impôts, ressources humaines si vous avez des salariés, mais aussi le commercial, la communication et le marketing… toutes ces tâches nécessaires à la vie de votre société peuvent vous empêcher parfois de vous concentrer sur votre cœur de métier.
Une bonne gestion de la trésorerie, en particulier, est primordiale quand on démarre une activité et ce n’est pas toujours simple. Beaucoup de clients imposent un règlement de factures sous 60 jours. Il faut donc prévoir avant d’être payé, d’avoir la trésorerie nécessaire pour régler les factures des fournisseurs, d’un loyer éventuel, les charges sociales, impôts…
Vous pouvez vous aider d’outils qui pourront vous faire gagner du temps dans certaines démarches, par exemple la facturation avec Henrri.
Par ailleurs, une entreprise n’est pas obligée d’externaliser sa comptabilité, elle peut tout gérer en interne (comptabilité, fiches de paie…). Mais cela demande des compétences et du temps que l’entrepreneur n’a pas forcément. S’il décide de passer par un prestataire, il devra nécessairement faire appel à un expert-comptable, qui inscrira par écrit le montant de ses honoraires et le champ de ses prestations.
L’aspect commercial est aussi crucial pour le développement de votre entreprise. Là encore, il est possible de sous-traiter toute ou partie de sa prospection à des prestataires spécialisés ou des commerciaux indépendants. Mais si vous vous en chargez, il faut bien garder en tête ces questions et se les poser régulièrement : quels sont vos clients ; leur localisation est-elle importante, où achètent-ils ; quelle est votre valeur ajoutée par rapport à vos concurrents.

Une enquête de 2018 montre qu’un Français sur cinq a le désir de se lancer dans l’entrepreneuriat. La France est donc bien un pays d’entrepreneurs, les chiffres annuels de créations d’entreprises le prouvent. Afin de lever les freins qui peuvent exister avant de faire le grand saut, il est donc indispensable de prendre tous les renseignements possibles sur la viabilité de son activité et sur les points juridiques et réglementaires du type d’entreprise que l’on souhaite créer. Les institutions publiques ont mis en place des démarches de simplification et d’information. Et par ailleurs des conseils externes professionnels existent pour vous accompagner et vous simplifier la vie, alors n’hésitez pas !

Conseils pour gérer son entreprise en France
5 sur 5 (2 votes)

Vous aimeriez peut-être aussi

France et crédits : les français n’ont pas profité des taux bas en 2018

Top 5 des régions où on enregistre le plus de mariages

Top des 10 des départements avec la plus forte natalité

Découverte de la marche nordique en Auvergne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.