Projet la tour triangle à paris

La Tour Triangle, prochaine icône architecturale à Paris ?

Initialement attendue en 2017 dans le quartier du Parc des Expositions de la Porte de Versailles, la Tour Triangle a vu le début de sa construction maintes fois repoussé. Toutefois, aujourd’hui, rien ne semble plus en mesure de faire obstacle au projet de cette tour haute de 180 mètres qui pourrait être ainsi inaugurée dès 2024.

Annoncée par les porteurs du projet comme une possible nouvelle icône architecturale de la capitale, la Tour Triangle pourrait donc succéder à d’autres édifices qui, par leur architecture innovante, ont marqué l’Histoire de Paris.
Découvrons donc ensemble ces monuments incontournables de la capitale que pourraient détrôner la Tour Triangle avant de présenter plus en détail cette dernière.

La cathédrale Notre Dame de Paris (1345)

Cathédrale Notre Dame, Paris – ©PublicDomainPictures CC0 Creative Commons

Située dans l’est de l’île de la Cité (4e arrondissement), la cathédrale Notre Dame de Paris a vu sa construction débuter dès 1163 sous l’impulsion de l’évêque Maurice de Sully et se prolonger jusqu’à 1345.
C’est d’ailleurs parce que la construction a duré près de deux siècles que cet édifice religieux possède des caractéristiques propres à différents styles architecturaux tels que le gothique primitif ou le gothique rayonnant.

Pendant longtemps, la cathédrale Notre Dame de Paris a également été le monument le plus haut de la capitale, sa flèche culminant tout de même à 93 m du sol alors que ses tours atteignent 69 m de hauteur. Eh oui, comme le dit une célèbre chanson de la comédie musicale éponyme, « l’homme a voulu monter vers les étoiles » en bâtissant une cathédrale aux dimensions hors-norme.

Emblématique de Paris, Notre Dame vaut le détour pour ses portails aux riches détails sculpturaux, pour la qualité de ses façades, pour l’élégance de ses gargouilles et de ses chimères, pour la beauté de ses rosaces mais aussi pour son intérieur. Elle est de toute manière une visite incontournable lors d’un premier séjour à Paris.
Les amateurs d’architecture apprécieront aussi de découvrir quelques innovations qui ont marqué l’époque comme la flèche majestueuse conçue à partir de 500 tonnes de bois et 250 tonnes de plomb ou encore les immenses rosaces de plus de 13 m de diamètre.

La Tour Eiffel (1889)

Tour Eiffel, Paris – ©Pexels CC0 Creative Commons

Érigée par Gustave Eiffel et ses collaborateurs en vue de l’Exposition Universelle qu’accueille Paris en 1889, la Tour Eiffel a marqué son époque et est encore aujourd’hui un symbole majeur de la capitale et même de la France.

Mesurant initialement 312 mètres de hauteur, la Tour Eiffel va pendant quatre décennies être le plus haut édifice de la planète avant de se voir détrôner par la Tour Ostankino en Russie. Pour autant, c’est de partout dans le monde que des touristes viennent désormais à Paris pour découvrir cette tour de fer qui démontre le savoir-faire technique français.
Il faut dire que Gustave Eiffel et ses équipes n’ont pas fait dans la demi-mesure. L’édifice pèse effectivement plus de 10 000 tonnes, dont 7 300 tonnes de charpentes métalliques.
Initialement baptisée la « Tour de 300 mètres », la Tour Eiffel ne doit pas sa renommée qu’à sa taille puisque sa silhouette remarquable est pour beaucoup dans sa renommée internationale.

Le Centre Pompidou (1977)

Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou – ©bogitw CC0 Creative Common

Également connu sous le nom de « Centre Beaubourg », le Centre National d’Art et de Culture Georges Pompidou compte aujourd’hui parmi les bâtiments emblématiques de Paris.

Construit de 1971 à 1977 à l’initiative du Président Georges Pompidou, cet équipement culturel dédié à la création contemporaine avait pour objectif d’enrayer le déclin de Paris sur la scène artistique mais aussi d’ouvrir la création française au monde. Si ces buts ont été atteints, un autre enjeu existait en filigrane : doter la capitale d’un bâtiment aux codes architecturaux de la seconde moitié du 20esiècle.
Là aussi, la mission a été remplie puisqu’en sélectionnant le projet architectural porté par Renzo Piano, Richard Rogers et Gianfranco Franchini, Paris a accueilli un bâtiment de 166 X 45 m de large se composant de 10 niveaux (dont 2 de sous-sol) qui ne passe pas inaperçu.

En effet, afin de conserver un maximum d’espace intérieur, de nombreux éléments du bâtiment ont été placés à l’extérieur. C’est le cas de la structure porteuse mais aussi des tuyaux qui, peints dans différentes couleurs, font du Centre Pompidou un édifice unique. Les conduites d’air climatisées sont bleues, les lignes électriques sont jaunes, les canalisations d’eau sont vertes alors que les ascenseurs, eux, sont en rouge.
Vraiment remarquable, le Centre Beaubourg a déjà accueilli près de 200 millions de visiteurs depuis son ouverture au public en 1977.

La Pyramide du Louvre (1989)

 

Musée du Louvre, Paris – ©EdiNugraha CC0 Creative Commons

Quelques années seulement après la construction du Centre Pompidou, c’est un autre Président de la République, François Mitterrand, qui a voulu laisser son empreinte dans la capitale.

C’est pourquoi en 1983 il fit la commande de la Pyramide du Louvre auprès de Ieoh Ming Pei, un artiste sino-américain. Même si cette commande fut très controversée — certains criant au gaspillage d’argent public — la Pyramide du Louvre a su s’imposer comme un des monuments emblématiques de la capitale.

Il faut dire que son architecture est novatrice et qu’elle est la première grande construction dans le monde à utiliser le verre feuilleté, un verre unique, incolore, léger et très sécurisé. Elle se compose d’une structure métallique faite d’acier et d’aluminium qui est recouverte de 600 losanges de verre. Au total, l’édifice pèse 200 tonnes.

Située au centre de la cour Napoléon, La Pyramide fait aujourd’hui office d’entrée principale du musée de Louvre, institution qui accueille chaque année entre 8 et 9 millions de visiteurs en moyenne.

L’Arche de la Défense (1989)

La Défense, Paris – ©553190 CC0 Creative Commons

Après que Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing aient échoué dans leur projet de marquer l’axe historique parisien, c’est finalement François Mitterrand qui le concrétisera à travers l’Arche de la Défense, initialement baptisée Grande Arche de la Fraternité.

Mesurant 107 X 110 X 110m, ce monument implanté dans le quartier des affaires de La Défense, dans l’Ouest Parisien, a été pensé par ses concepteurs, Otto von Spreckelsen et Eric Reitzel, comme une version « 20ème siècle » de l’Arc de Triomphe. L’Arche de la Défense prend ainsi la forme d’un tesseract, un hypercube en 4 dimensions, construit dans des matériaux de qualité à savoir le béton, l’acier, le verre et le marbre de Carrare.

Erigée dans l’axe historique parisien sur lequel se trouvent déjà l’Arc de Triomphe, l’Obélisque de la Concorde ou encore la statue équestre de Louis XIV (dans la cour du Musée du Louvre), l’Arche de la Défense a su s’imposer comme un monument emblématique de la capitale.
En 2018, elle abrite le bureau d’enquêtes sur les événements de mer (BEAmer) et l’Institut d’Economie Scientifique Et de Gestion (IESEG).

La Tour Triangle (2024 ?)

Espérée comme une digne représentante de l’architecture du 21e siècle, la Tour Triangle est un projet qui avance à tous petits pas.
Initialement programmée en 2017, la livraison de cette tour à base trapézoïdale de 180 m de hauteur a été repoussée à plusieurs reprises, les riverains ayant usé de recours divers et variés pour retarder l’avancée du projet. Désormais, il apparaît que la Tour Triangle devrait commencer à sortir de terre dès 2020 pour une ouverture au public en 2024.

Promise à devenir le troisième plus haut édifice de la capitale, la Tour Triangle sera construite tout près du Palais des Expositions de la Porte de Versailles. Son architecture devrait détonner puisque son emprise sera de forme trapézoïdale avec une longueur constante de 200 m mais une largeur qui diminuera au fur et à mesure des étages (de 35 à 16 m), ceci permettant une économie de béton de l’ordre de 20 %. Le bâtiment devrait également être élégant puisque les parois vitrées occuperont une large partie des façades.

S’il est encore trop tôt pour savoir si la Tour Triangle deviendra un nouvel emblème de Paris ou non, il est en revanche quasiment certain que les Parisiens apprécieront ce nouveau bâtiment qui abritera dans ses 42 étages des bureaux, des salles de réunion, des commerces sur rue, des belvédères ou encore un restaurant panoramique où il sera possible de déjeuner ou dîner en profitant d’une vue exceptionnelle sur la capitale.

La Tour Triangle, prochaine icône architecturale à Paris ?
2.7 sur 5 (3 votes)

Vous aimeriez peut-être aussi

L’actualité de l’immobilier dans les grandes villes de France

France et crédits : les français n’ont pas profité des taux bas en 2018

Les meilleurs itinéraires vélo-tourisme de France

Top 5 des régions où on enregistre le plus de mariages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.