Rothéneuf, rochers sculptés - ©Isabelle Puaut CC BY-NC-ND 2.0

Les rochers sculptés de Rothéneuf

A quelques kilomètres du centre de Saint-Malo, sur le territoire de l’ancien village de pêcheurs de Rothéneuf, un site particulièrement insolite surprend ses visiteurs.
N’hésitez pas à vous arrêter quelques instants afin de découvrir l’œuvre monumentale réalisée à la fin du 19ème siècle par l’Abbé Fouré.

Un peu de géographie

A un jet de pierre de la célèbre ville corsaire de Saint-Malo, dans le département Ille-et-Vilaine, le havre de Rothéneuf forme une anse s’ouvrant par un étroit passage sur la Manche. Ce passage est mis à sec durant les marées basses.
Le havre est délimité d’un côté par la pointe de Rothéneuf et de l’autre par l’île Besnard qui est reliée au continent par un tombolo, cordon littoral constitué de sédiments sableux. Ce site appelé les « dunes des Chevrets » a été fortement endommagé par les campeurs mais il bénéficie depuis 1986 d’un programme de sauvegarde. Des plantations d’oyats ont permis notamment la restauration de cette langue de sable.
Il est devenu un but de promenade apprécié par les amoureux d’espaces naturels qui peuvent y observer de nombreuses espèces d’oiseaux marins et une flore typique des sols à forte teneur en sel comme les salicornes.

Le havre de Rothéneuf forme un port naturel autrefois fréquenté par les pêcheurs et les corsaires. De nos jours, on y croise quelques pêcheurs à pied et des familles qui apprécient la quiétude de cette plage légèrement décentrée par rapport à Saint-Malo.

Un peu d’histoire

Le havre de Rothéneuf doit son nom à une famille importante de la région à l’aube du 16ème siècle. A la fois pêcheurs, corsaires, contrebandiers voire pirates et naufrageurs, les Rothéneuf tiraient leurs revenus de la mer et utilisaient ce port pour mettre à l’abri leurs bateaux surnommés les « flèches à flot ».
Si les Rothéneuf avaient la réputation d’être sans pitié avec leurs victimes, ils étaient respectés par les Malouins et ont dominé la région jusqu’à la Révolution française.
A cette époque, ils prennent le parti des Chouans, des contre-révolutionnaires qui veulent rétablir la monarchie mais également protéger le statut privilégié qui était accordé à la Bretagne par les rois de France. Réprimée avec violence, la chouannerie est fatale à la famille Rothéneuf qui s’éteint définitivement.
Rothéneuf et la commune de Paramé sont réunis afin de former un seul canton en 1789.

A cette époque, Rothéneuf n’est qu’un petit village d’environ 200 maisons habitées par des familles de pêcheurs et regroupées autour d’une chapelle qui est détruite sous la Révolution. Elle sera remplacée par une église en 1869.

Vers le milieu du 19ème siècle, le village se transforme en station balnéaire et Paramé profite de l’attrait pour les « bains de mer », une mode lancée en Angleterre au siècle précédent.
Les premières villas construites dans le style Belle Époque datent des années 1880 et de nombreux Britanniques s’installent dans la région.

En 1889, Paramé, Saint-Malo et Saint-Servan sont reliés par une ligne de tramway à vapeur gérée par la société des « Tramways bretons ».
Sept ans plus tard, le tramway de Rothéneuf est à son tour inauguré. Cette ligne ouverte uniquement en juillet, août et septembre permet aux vacanciers de franchir plus facilement les trois kilomètres séparant Rothéneuf et Paramé.
Cette même année, l’abbé Fouré s’installe dans la petite localité et entreprend de sculpter les rochers, un travail titanesque.

En 1967, Rothéneuf a été intégré à la commune de Saint-Malo à l’occasion de la fusion de la ville avec Paramé et Saint-Servan.

L’abbé Fouré

Adolphe Julien Foueré mieux connu sous le nom d’abbé Fouré est né en septembre 1839 à Saint-Thual, un village breton situé près de Saint-Malo.
Il entre au petit séminaire de Saint-Méen-le-Grand avant d’intégrer le grand séminaire de Rennes et d’être ordonné prêtre en 1863.
Il poursuit sa carrière ecclésiastique en étant successivement vicaire à Paimpont et Guipry et recteur à Forges-la-Forêt, à Maxent et à Langouët.
C’est dans cette paroisse que sa surdité est diagnostiquée en 1894 , conséquence probable d’une attaque cérébrale. Forcé d’abandonner son poste, il accepte de devenir « prêtre habitué » de Rothéneuf. Il est dès lors au service de la paroisse sans pouvoir exercé de charge ou de dignité au sein d’une église.

Isolé par sa maladie, il se met à sculpter les rochers qui dominent la mer. Son œuvre gigantesque comprend plus de 300 statues et bas-reliefs. Lorsque les conditions ne lui permettent pas de s’adonner à ce travail, il réalise des sculptures en bois.

En 1907, l’abbé Fouré perd l’usage de la parole et devient paralysé. Il doit une fois de plus renoncer à ses activités et se retire dans sa maison où il décède en février 1910.

Les rochers sculptés

Œuvre d’un artiste marginal muré dans son silence, les rochers sculptés de Rothéneuf sont considérés comme de l’art brut, un terme choisi par Dubuffet pour qualifier le travail réalisé par des personnes qui n’ont à la base aucune vocation ou éducation artistique.
Elle peut également être qualifiée d’art naïf, un style figuratif qui ne tient pas compte des perspectives et des détails rappelant un peu les dessins enfantins.
Les innombrables sculptures se présentent sous la forme de statues en ronde-bosse ou de bas-reliefs plus ou moins marqués. Autrefois recouvertes de peinture, elles ont peu à peu perdu leurs couleurs sous l’effet des intempéries.

Si certaines de ces statues représentent les membres de la famille Rothéneuf, ceux-ci n’ont pas été la seule source d’inspiration de l’abbé et l’immense fresque ne doit pas se « lire » comme un récit des aventures de ces corsaires/pirates.

L’actualité de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème ainsi que des personnages historiques sont évoquées par l’abbé Fouré. On peut notamment découvrir le président de la République sud-africaine, Paul Kruger ou encore Jacques Cartier, navigateur et explorateur français du 16ème siècle.

Bien entendu, il a également été influencé par son sacerdoce et de nombreux saints bretons figurent en bonne place dans la statuaire de Rothéneuf.

Parmi ces différentes personnalités, d’étranges créatures fantastiques et monstres marins semblent veiller sur le monde magique de l’abbé Fouré. Et pourtant, son œuvre est appelée à disparaître, lentement grignotée par la mer, les embruns et la pluie.

En pratique

De passage ou en séjour dans le département Ille-et-Vilaine, en Bretagne, n’hésitez pas à faire une halte afin de visiter le site des rochers sculptés de Rothéneuf.
N’oubliez pas de vous munir de bonnes chaussures afin de pouvoir circuler facilement au milieu des rochers.

Horaires

Le site des rochers de Rothéneuf est ouvert tous les jours de 9hr à 19hr du 1er juin au 30 septembre.
Le reste de l’année et en dehors des vacances scolaires, il est ouvert tous les jours sauf le mercredi de 10hr à 12hr et de 14hr à 18hr.
La visite est gratuite pour les enfants de moins de 10 ans.

Accessibilité

En raison de sa difficulté d’accès, le site des rochers sculptés n’est pas accessible aux personnes non-valides et aux poussettes d’enfant.

Coordonnées

Les Rochers sculptés de l’abbé Fouré
Chemin des rochers sculptés
35400Rothéneuf – Saint-Malo
Tel : 02 99 56 23 95
Site web : https://rochersrotheneuf.wordpress.com et https://www.st-malo.com/tourisme/rochers-sculptes/

En visite à Rothéneuf et dans sa région

Ne quittez pas la région sans avoir également visité :

Le manoir de Limoëlou

Le manoir de Limoëlou (tertre chauve en breton), résidence d’été de Jacques Cartier, un Malouin qui a découvert le Canada en 1534. Inscrit sur la liste des monuments historiques depuis 1940, il abrite aujourd’hui un musée consacré à l’explorateur.
C’est en 1541 que Jacques Cartier a fait l’acquisition d’une ferme du 15ème siècle afin de la réaménager en y ajoutant notamment un étage et une tourelle. Le navigateur pouvait apercevoir la mer depuis sa chambre où il décède en 1557. A sa mort, le bâtiment retrouve sa destination première.
Il est racheté et transformé en musée afin de commémorer le 450ème anniversaire de la découverte du Canada en 1984. Il a été décoré et meublé dans le style du 16ème siècle.

Les visites du musée sont toujours effectuées en compagnie d’un guide :

  • à 10 et 15 hr du lundi au samedi d’octobre à mai (fermé les jours fériés)
  • de 10 hr à 12hr et de 14hr30 à 18hr du lundi au samedi en juin et septembre (fermé les jours fériés)
  • tous les jours de 10hr à 12hr et de 14hr30 à 18hr en juillet et août

Musée Jacques Cartier
Manoir de Limoëlou
Rue David MacDonald Stewart
35400 Saint-Malo
Tel : 02 99 40 97 73
Mail : musee.jacques.cartier@wanadoo.fr
Site web : http://www.musee-jacques-cartier.fr

La ville de Saint-Malo

La ville de Saint-Malo et ses nombreux monuments historiques :

  • le Château de Saint-Malo
  • les remparts de la ville
  • la cathédrale Saint-Vincent
  • Fort National
  • l’île du Petit Bé
  • la Tour Solidor

Office de Tourisme Communautaire Saint-Malo Baie du Mont-Saint-Michel
Esplanade Saint-Vincent
35400 Saint-Malo
Tel : 0825 135 200
Site web : https://www.saint-malo-tourisme.com/pratique/l-office-de-tourisme/

Que manger à Rothéneuf ?

Après une journée de visites et de découvertes, il est temps de savourer quelques spécialités bretonnes :

  • les crêpes, les gavottes et les galettes de sarrasin
  • le Kouign-amann, une délicieuse pâtisserie généreuse en beurre et en sucre
  • les plateaux de fruits de mer et les huîtres de Cancale
  • les caramels au beurre salé
  • les craquelins de Saint-Malo
  • et, bien entendu, le tout accompagné d’une bolée de cidre
Les rochers sculptés de Rothéneuf
5 sur 5 (6 votes)

Vous aimeriez peut-être aussi

Top 10 des plus belles plages françaises

Le musée de Cluny fait peau neuve

L’Ardèche, comme vous ne l’avez jamais vue

L’affaire Marie Besnard, coupable ou victime ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.